HomeBackForwardCoordinates Contact us

 

Histoire du Shirak

Chirak est un province du gouvernement d'Airarat de l'Arménie historique. Il avait un territoire de 3730 km2 (carte). La hauteur moyenne du niveau de la mer du plateau de Chirak est 1530m. Le plateau a un couvert de terre noire. Le plus grand fleuve traversant le Chirak est Akhourian, qui prend sa source du lac d'Arpi divisant le plateau du Chirak en deux et qui se jette dans dans le fleuve Arax au sud. Akhourian a des affluents, qui irriguent la valle.
Le terrtoire du province historique du Chirak a été habité depuis l'âge de pierre ancienne,. La flaure du territoire du Chirak et la faune / dont le caractère s'ébauche par les restes des animaux fossiles/ ont été favorable a la chasse et au ramassage. Et les sorties d'obsidienne, de silex et de dacit servaient de matières premières abondantes pour la fabrication des outils en pierre.. A la fin du 4e millénaire av. J.Ch. au Chirak commence l'age de bronze lequel nous fournit beaucoup de sites archéologiques: habitations, nécropoles, forteresses etc. Malgré que dans le Chirak les sites néolitiques ne soient pas encore étudiés, cependant la riche culture de bronze ancien auraient été sans aucun doute l'heritier de celle qui l'avait précédé. A l'ge de bronze ancien se réalisent non seulement les régions prémontagneuses, mais aussi celles des hautes montagnes, qui ont une hauteur du niveau de mer de plus de 2000m.. A l'âge de bronze moyen et nouveau /20-12 siècles av. J.Ch./ continue le grand essor de l'économie, de la culture, des relations sociales, ce qui est attesté par un grand nombre de monuments et trouvailles archéologiques.
Depuis le 12ème siècle av. J.Ch. dans le Plateau Arménien et dans le Chirak on se met a labourer le fer, qui a eu un impact essentiel sur le développement de l'conomie et des relations sociales. Le labourage, l'élevage et les métiers fleurissent.
Au 9e siecle av.J.Ch. dans le bassin du lac de Van se crée l'Etat d'Urartu, lequel en pendant de sa puissance accroissante, se met a conquerrir et assujettir les tribus voisines, en intégrant dans ses propres frontières les territoires de celles-la. Dans le Chirak sont conservés deux inscriptions en cunéiforme du roi ourartien Arguichti I /786-760 av.J.Ch/ ou il parle de sa conquete de l'Eriakhi /Chirak/ et de ses butins.Les inscriptions faites par les rois d'Ourartu comprennent une riche information sur la population, sur le labourage très développés et sur l'élevage du Chirak.Selon une version; le mot Chirak proviendrait du nom Eriakhi des inscriptions ourartiennes.Après la chute de l état ourartien le Chirak faisait partie du royaume arménien,et par la suite est transformée en un gouvernement général de la Perse des Achéménides. L'un des sites les plus caracteristiques de la culture de cette époque est l'habitation antique de Beniamin, avec son palais de 5-ème siecle /av. J.Ch./, ou se rvèle l'influence de la civilisation officielle achéménide.
Sous le dernier roi Ervand, a la fin du 3ème siècle av. J.Ch. la résidence royale se transfère de la capitale d'Armavir a la ville Ervandachat, nouvellement construite, qui se trouvait au sud du Chirak, a l'endroit ou se confluent les fleuves Arax et Akhourian.
Durant les années de la dynastie des Artashides /189-1 av. J.Ch./ l'Arménie connait un grand essor économique et culturelle, a l'avènement au trone de Tigrane le Grand /95-55 av. J.Ch./ - carte. Elle est devenue une puissance conquérante. Selon les sources écrites, le Chirak se liait avec les centres culturels des pays voisins par des chemins de commerce en transit.Par exemple, la route Artashat- Sebastopolis qui passait par le Chirak et de la, en Géorgie et en Abkhasie. Cette route gardait son importance au Moyen Age aussi.
Au début du 4e siècle après l'adoption du christianisme comme réligion d'Etat en Arménie,et particulièrement au Chirak commencent a s'effectuer la construction des édifices religieuses de type nouveau, dont la basilique de Yererouik un des chef-d'oeuvres architecturales de l'Arménie du haut Moyen Age. Après la chute de la dynastie des Archakides et la conquete de l'Arménie par les arabes, le clan de nakharars Kamsarakan continuait a exercer son pouvoir au Chirak. Sous ces seigneurs, le province connait un essor économique et culturelle, ou se distinguent des hommes intelectuels et militaires, et se construisent des monuments architecturaux admirables.
Sous les Bagratides aux 9-11e siècles, le Chirak connait un nouvel essor. En 961 Ani est proclamé capitale et dans un petit laps de temps devient l'une des villes les plus grandes et les plus remarquables de l'Orient. Aux 9-13e siècles la population de la ville atteint a 100.000 habitants. Le développement rapide d'Ani était conditionné pqrles différentes régions de l'Arménie, ainsi qu'avec la Géorgie, l'Albanie caucasienne, L'Iran, la Mésopothamie, la Byzance, et avec les régions littorales de la mer Noire. Dans la ville florissaient les métiers, le commerce et la culture. Ani avait une vaste place de marché, plusieurs caravanserails et auberges (photo).
Depuis les milieux du 10e siècle au Chirak perptuent des activits les reprsentants du clan de nakharars Pahlavouni, qui ont joué un role important dans la vie politique, économique, militaire et culturelle du royaume des Baghratides. A Ani et au Chirak ils construisent des monastères, des forteressess, des casernes etc. favorisent au développement de l'éducation et de la culture. Les complexes de monastères Haritch, Horomos, Khzkonk, Marmachen etc. lesquels étaient non seulement des centres spirituels et culturels, mais aussi des unités économiques et de production (photo).
Sur les activités cératrices des Phalavouni au Chirak; a part des monuments historiques et architecturaux, temoignent aussi plusieurs inscriptions lithographiques, et dans le monastère de Marmachen se trouve leur cimetière de clan.
Après la chute du royaume des Bagratides et l'établissement de la domination byzantine /1045-1064/ et par la suite des turques seldjoukides, la vie économique et culturelle au Chirak a connu un déclin. L'essor suivant du Chirak a eu lieu en 1199, après la libération du joug des seldjouks et l'établissement ici la domination des seigneurs Zakarian. Sous ses derniers Ani et le Chirak conaissent un grand essor économique, commercial et culturel.
Dans cette situation, dans le commerce transcaucasien commencent a prendre une grande part les pays nordiques, s'é'tablissent des rapports étroits avec les ports de la mer Noire, la Pologne, la Russie. L'essor de court terme du Chirak s'interrompit a la suite de la campagne des Mongols-Tartares, la domination desquels dura aux 13-14e siècles.
En 1555 selon le traité signé entre la Perse et la Turquie Ottomane, l'Arménie se divisa entre ces deux pays: par le fleuve frontalier Akhourian, le Chirak se divise en deux parties, dont l'orientale passe a la Perse et l'occidentale, a la Turquie. Cet tat de choses se maintint jusqu'au 19e siècle.Après la guerre entre les russes et perses en 1804-1813, selon le traité de Gjulistan, le Chirak passe a la Russie. En 1829-1830 beaucoup de familles arméniennes de Kars, de Karin et du Chirak occidental, se réfugient ici (photo).
En 1837 le zar de Russie Nicolas Ie visite Chirak. Auprès du village Gumri, sur la haute rive d'Akhourian fut construite une forteresse et citadelle russe, laquelle en honeur de l'impratrice fut nommée Alexandropol, par la suite en 1924 Lninakan,et dès 1992, Gumri.
En 1849 se forment le gouvernement d' Erevan et le province d'Alexandrapol, lequel par ses frontières correspondait dans sa plupart, a la partie orientale du Chirak historique.La partie occidentale libérée par la suite, s'englobait dans la région de Kars.
La ville d'Alexandrapol et le province du meme nom connaissent un essor en un petit laps de temps. Selon le recensement de 1897 le province d'Alexandrapol avait 120 villages avec environ 131417 habitants. Bientot Alexsandropol devient l'une des plus grandes et florissantes villes de la Transcaucasie,et en 1899 après la construction du chemin de fer, un carrefour important de transport. Au début du 20e siècle la ville avait 51000 habitants. Se développement l'industrie, les métiers, le commerce, l'instruction public et la culture.
La première guerre mondiale les révolutions, l'intervention turque de 1918-20 qui s'accompagnait de carnages et de pillages, ont disloqué l'économie du province en causant une forte migration des dizaines de milliers d'hommes. Etait particulièrement dure l'occupation du province de 1920-21. Après l'é'tablissement du pouvoir sovitique et de la paix, commence une nouvelle phase de développement.Depuis 1924 Alexandrapol est rebaptisé Léninakan, et le province en celui de Lninakan lequel se dissout en 1930. Après une nouvelle division territoriale le Chirak oriental se repartit en 5 cantons.
En 1926 y habitaient 165000 personnes, et en 1988 361000. Furent développés l'économie, la science et la culture.Cela a duré jusqu'en 1988, jusqu'au tremblement de terre dévastateur et le démentèlement de l'URSS
Avec une nouvelle division territoriale de la république d'Armenie, dans le meme territoire se constitue le marz / région/ de Chirak (carte).

Galerie de photos
Vidéo
Expositions
Publications
Shopping




Le Monastere de Harich

La montagne d'Aragats

Le lac Arpi

Aube

Les Ruines d'Ani

Croix en pierre

Paysage de Shirak

La vallée

 

UNESCO

HISTORY.RU - Internet Historic Project @PAUTINA.NET Catalogue  

©2003. Շիրակի երկրագիտական թանգարան. Հեղինակային իրավունքները պաշտպանված են: Տվյալ կայքից օգտագործված բոլոր նյութերի համար հղումը թանգարանի նկատմամբ պարտադիր է:
Կապնվել վեբ-դիզայներին